Sortir du cadre…

Sortir du cadre...

Sospel, France

Aujourd’hui j’ai envie de vous faire sortir du cadre !

Quelque chose bouille en moi, de très fort. Marre des stéréotypes, marre du « c’est comme ça et pas autrement », marre d’entendre que si une personne recherche du travail aujourd’hui en France, elle doit forcément trouver le clone de ce qu’elle vient de faire (je me souviens encore, quand on me disait : « tu étais cadre commerciale, donc tu seras cadre commerciale »), marre de tout ce qui est conventionnel et que surtout il ne faut pas changer. Pourquoi d’ailleurs ? Marre d’entendre que trop de personnes vont mal…

Je dis NON à tout ce qui se veut statique et immuable !

Je dis OUI à l’ouverture, au changement, à une autre façon de voir les choses, trouver le moyen de donner du sens à ce que nous faisons, remettre de la vie dans nos existences. Alors bougez ! Sortez du cadre ! C’est possible et il y a des solutions.

J’ai rencontré ces dernières semaines des personnes extraordinaires qui me permettent de dire cela :

Tout d’abord j’ai assisté à une conférence menée par Hamid Aguini pour la promotion de son livre co-écrit avec Isabelle Méténier : « La rébellion positive ». J’ai été enthousiasmée par son ardeur à faire bouger les mentalités, à faire comprendre que nous sommes les acteurs de notre changement, pourquoi continuer de subir, de souffrir jusqu’à s’en rendre malade quand une situation ne nous convient plus ? Nous pouvons prendre les rênes de notre vie ! Il suffit de le vouloir et de se faire aider.

J’ai également participé à un petit déjeuner organisé par « Ca me regarde » une coopérative qui conçoit, organise et promeut des évènements et chantiers solidaires (www.cameregarde.com) : le thème du jour était « la formation décadrée » : l’objectif étant de remettre de la Vie dans les organisations, s’immerger dans un contexte décalé pour « augmenter l’effet miroir et le lâcher-prise, faire vivre les valeurs de l’entreprise dans un cadre différent, faire ressortir le potentiel de chacun, améliorer le travail en équipe » . Un des intervenants, Eric Julien, nous a parlé de son expérience avec les Indiens Kogis de Colombie et de son Ecole de la Nature et des Savoirs (www.ecolenaturesavoirs.com) ou « comment passer de l’intention à la réalité »,  Barbara Blin-Barrois nous a présenté Ôkhra, le conservatoire des ocres et des couleurs (www.okhra.com)  et les séminaires qu’elle organise dans ce milieu « où ensemble, expériences, patrimoine, couleur et valeurs fortes, bénéficient à l’éveil de pensées originales et à l’élan d’un nouveau départ ». Nous avons eu le témoignage de Franck Leton d’Emmaüs Liberté qui a reçu des séminaires organisés par Ca me regarde dans le cadre de la communauté Emmaüs.

Les personnes qui organisent ou participent à ce type de formations décadrées, sont passionnées par le Vivant, le partage et l’environnement. Comme a repris Eric Julien  » donner du sens , sortir du système par l’humour et la poésie, faire ensemble et partager des valeurs fortes dans des pratiques observables ».

Regardez autour de vous toutes les issues possibles qui existent pour sortir du cadre, prenez du recul, la voie n’est pas bouchée, même si c’est embrumé dans votre esprit, vous pouvez réagir, c’est possible. Parlez en autour de vous, à votre manager, votre DRH, à vos collègues, à vos proches.

Et si vous souhaitez un accompagnement personnalisé pour clarifier vos idées, retrouver du sens à votre existence, vous aligner sur qui vous êtes et ce que vous voulez devenir, demandez votre séance gratuite pour un premier contact.

Au plaisir de capter votre instant,

Marie Ortoli

  1. Tout à fait d’accord avec vous!
    Je partage complètement votre avis. Le conformisme et le clonisme en France sont la mort de l’emploi et du travail! Les employeurs ne recherchent pas la personne la plus adaptée au poste, ils recherchent un clone d’eux-même, ou de l’employé précédent, ou alors de l’employé idéal, le fameux mouton à cinq pattes qui correspond rarement à une réalité, ni même aux besoins réels du poste! Du coup, découragement et fatalisme sont le lot des salariés et des chercheurs d’emploi, qui restent dans leur poste actuels en se soumettant à toutes les maltraitances, et les chercheurs d’emploi, quand ils ne finissent pas par laisser tomber, passent leur temps à faire des pirouettes et du jonglage, pour se rapprocher le plus possible de l’image que les employeurs veulent voir, au lieu de se sublîmer eux-même et de chercher le poste qui leur convient vraiment…
    Il est temps pour chacun d’entre nous de s’ouvrir et de sortir des schémas de pensée imposés. Le salariat n’est pas forcément la seule voie, et vouloir la perfection est contre-productif pour les employeurs, qui ne trouvent pas « chaussure à leur pied ».
    Sortir du cadre nous permettra de sortir du chômage de masse en France, en inventant de nouvelles formes de travail et de coopération!
    Isabelle, de http://www.mareduboulot.com

  2. Tes propos résonnent fortement en moi !
    Depuis cette journée de fin février dernier, pour exprimer ma créativité en compagnie de 9 autres personnes sous ta bienveillante houlette, j’ai senti peu à peu évoluer mon point de vue sur ma situation professionnelle !
    J’avais quelque temps après, affiché mon poster créé ce jour-là, dans notre salle à manger qui me sert de bureau.
    « Décadré » écris-tu… Alors, ô combien est-ce ma réalité depuis le lundi de Pentecôte !
    De cadre supérieure en 2007, dans une association de personnes handicapées physiques motrices, me voici trésorière d’une compagnie de théâtre de geste, et bientôt, chargée de production et de relations publiques, de ladite compagnie, à la rentrée, certes, avec un contrat aidé, et payé au SMIC. Toutefois, je me sens étonnamment bien !
    De surcroît, les artistes, responsables des « Trois Clés », sont venus me solliciter en demandant si je pouvais leur rendre service….
    Et lorsque je relis ma vie, sur les années passées, des signes évidents apparaissent d’une mise en place, d’une étape à l’autre, que parfois, je ne percevais pas.
    Merci donc, Marie, pour ton témoignage !

    Et je le redis : Continue ton atelier de créativité ! Il est essentiel pour nous faire prendre conscience de ce dont nous sommes capables ! ! !

    • Françoise, comme je suis heureuse de lire ton message plein d’optimisme et de renouveau. C’est vraiment super et je suis ravie de savoir qu’en plus tu te sens « étonnamment bien ». Belle route alors dans cette nouvelle voie !
      A bientôt
      Marie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :