Une porte se ferme… une autre s’ouvre…

Vence, france

Vence, france

Nous sommes tous et toutes confronté(e)s à la fin de quelque chose : la vente de la maison de notre enfance, un déménagement, la fin d’une mission, la fin d’un accompagnement, la fin d’un job, la fin d’une période de chômage, la fin d’une maladie, la fin d’une formation, la fin des vacances, la fin d’une grossesse, un divorce, une séparation, un deuil, la fin d’un livre, la fin d’une histoire ou d’une tranche de vie autrement dit…

Cette situation nous laisse souvent dépourvu(e)s, face à un vide, à un inconnu plus ou moins angoissant et plus ou moins long suivant les cas. 

Mais finir une histoire c’est aussi faire de la place à de la nouveauté, un nouveau chemin, de nouvelles rencontres… 

Nous pouvons rester dans l’angoisse, être dans la crainte mais aussi faire confiance. Se faire confiance face à cette nouveauté que l’on ne maîtrise pas mais qui en même temps nous offre un champ des possibles, des perspectives différentes riches d’enseignements, d’apprentissages que nous allons aussi nourrir de nos expériences passées.

Il est important de bien fermer la porte pour éviter de faire des allers-retours stériles qui au final nous font faire du sur-place.

Accepter de fermer la porte quand une histoire est terminée, c’est se donner l’opportunité de plonger pleinement dans ce quelque chose de neuf (même si la porte qui s’ouvre est dans la continuité de la précédente). Quoiqu’il arrive les situations seront différentes car nous avons déplacé notre curseur, nous avons grandi avec tout ce que nous avons vécu et traversé. 
La vie étant mouvement, fermer une porte c’est comme la feuille qui tombe à l’automne : elle va nourrir l’humus du sol qui permettra à la sève de monter dans l’arbre au printemps, il donnera alors de nouvelles feuilles, de nouvelles fleurs, de nouveaux fruits; un nouveau cycle de vie se crée inlassablement, ainsi va la vie dans toute sa beauté et son mystère

Alors acceptez (tout en prenant le temps qui vous est nécessaire) qu’une porte se ferme et qu’une autre s’ouvre en accueillant avec joie cette nouvelle perspective qui s’offre à vous. 

Si ces mots éveillent en vous des questionnements, sentez-vous libre de m’écrire, je me ferai un plaisir d’échanger avec vous. 

Au plaisir de capter votre instant,

Marie

J’étouffe, ce n’est plus ça, qu’est-ce qu’il m’arrive ?

Roue de Hudson

Roue de Hudson

Pour nous qui avons la quarantaine révolue, nos parents et nos grands-parents bien souvent faisaient toute leur carrière dans la même entreprise ou dans le même métier. Le chemin était relativement linéaire. Ils se posaient moins de questions qu’aujourd’hui.

 Depuis 30 ans, les crises, les cessions-acquisitions d’entreprises, les fusions, les plans sociaux, ont changé la donne et ce modèle linéaire n’est plus vrai.

 La conséquence est que les personnes actives ou qui deviennent inactives ont du mal à trouver leurs repères, étouffent parce que cela va trop vite et que changer n’est pas si simple. Enfin elles se demandent ce qui leur arrive et vers quelle issue aller.

Le changement est un processus permanent à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de nous. Frédéric Hudson, coach et professeur à l’université de Columbia propose de voir notre vie comme une succession de cycles constitués chacun de 4 phases : un lancement, une désynchronisation, un désengagement puis un renouveau. Connaître ce modèle permet de mieux comprendre ce que nous vivons dans nos transitions personnelles et professionnelles.

Un chapitre de vie professionnelle ou extra-professionnelle peut être un projet, une mission, un job etc. Dans notre expérience du changement, Frédéric Hudson décrit les 4 phases suivantes, qui se succèdent avec des allers-retours possibles.
 
Identifier où nous en sommes aujourd’hui, dans quelle phase, nous permet de mieux comprendre ce que nous expérimentons, et de faire les meilleurs choix pour répondre à notre projet de vie.

 

 Phase 1 – Alignement – « C’est parti ! »

Lire la suite

Rassembler les morceaux du puzzle

Rassembler les morceaux du puzzle

Florence, Italie

Les personnes que j’accompagne sont la plupart du temps dans un moment de leur vie où elles se sentent éparpillées, ne sachant plus ce qu’elles veulent, ni où elles veulent aller. Souvent aussi, j’observe un sentiment de désappointement par rapport à l’expérience passée (surtout si celle-ci s’est mal terminée). Et puis, au cours de l’accompagnement, peu à peu les choses se clarifient et une image, sa propre image se reconstitue peu à peu, différente, plus lumineuse, enrichie…

Pour illustrer ce que j’écris plus haut, en faisant le point avec un homme de 47 ans, sur son expérience, sa vie et ce qu’il projetait de faire professionnellement dans l’avenir, il s’est aperçu que certains éléments de son enfance faisaient sens aujourd’hui. Il constate qu’une rencontre qu’il a faite il y a 5 ans lors d’un festival et qui a résonné en lui à l’époque sans trop savoir pourquoi venait en concordance avec des situations de sa vie familiale et un événement qui lui est arrivé récemment. Et l’ensemble s’avère être en relation parfaite avec son projet. J’ai vu de la lumière dans son regard quand il a rassemblé les morceaux du puzzle. Lire la suite

Biodanza, Holacracy et Coaching

Biodanza, Holacracy et Coaching

Sud de la France

Quel est le lien entre Biodanza, Holacracy et Coaching ?

Si je vous dis la cellule, cela vous parle ?

Wikipédia définit la Biodanza comme étant « une méthode de développement personnel créée dans les années 1960 par l’anthropologue chilien Rolando Toro Araneda sur la base d’un concept qu’il a inventé, nommé « principe biocentrique ». Selon celui-ci « l’univers est organisé par la vie, et non le contraire ».

Présentée par son créateur Rolando Toro comme une « pédagogie de l’art de vivre », la Biodanza consiste à pratiquer des exercices visant à stimuler les « potentiels génétiques de l’être humain » dans le but de renforcer sa santé, sa conscience éthique et sa joie de vivre ».

Entraînée par une amie qui en fait depuis longtemps, j’ai fini par céder et j’ai assisté à une soirée de Biodanza lors de l’anniversaire de son créateur en juin l’an passé. Moi qui étais plutôt réticente au départ, je ne voulais pas trop qu’on me touche de trop près, j’ai été littéralement interloquée par ce que j’ai vécu. Lire la suite