Une porte se ferme… une autre s’ouvre…

Vence, france

Vence, france

Nous sommes tous et toutes confronté(e)s à la fin de quelque chose : la vente de la maison de notre enfance, un déménagement, la fin d’une mission, la fin d’un accompagnement, la fin d’un job, la fin d’une période de chômage, la fin d’une maladie, la fin d’une formation, la fin des vacances, la fin d’une grossesse, un divorce, une séparation, un deuil, la fin d’un livre, la fin d’une histoire ou d’une tranche de vie autrement dit…

Cette situation nous laisse souvent dépourvu(e)s, face à un vide, à un inconnu plus ou moins angoissant et plus ou moins long suivant les cas. 

Mais finir une histoire c’est aussi faire de la place à de la nouveauté, un nouveau chemin, de nouvelles rencontres… 

Nous pouvons rester dans l’angoisse, être dans la crainte mais aussi faire confiance. Se faire confiance face à cette nouveauté que l’on ne maîtrise pas mais qui en même temps nous offre un champ des possibles, des perspectives différentes riches d’enseignements, d’apprentissages que nous allons aussi nourrir de nos expériences passées.

Il est important de bien fermer la porte pour éviter de faire des allers-retours stériles qui au final nous font faire du sur-place.

Accepter de fermer la porte quand une histoire est terminée, c’est se donner l’opportunité de plonger pleinement dans ce quelque chose de neuf (même si la porte qui s’ouvre est dans la continuité de la précédente). Quoiqu’il arrive les situations seront différentes car nous avons déplacé notre curseur, nous avons grandi avec tout ce que nous avons vécu et traversé. 
La vie étant mouvement, fermer une porte c’est comme la feuille qui tombe à l’automne : elle va nourrir l’humus du sol qui permettra à la sève de monter dans l’arbre au printemps, il donnera alors de nouvelles feuilles, de nouvelles fleurs, de nouveaux fruits; un nouveau cycle de vie se crée inlassablement, ainsi va la vie dans toute sa beauté et son mystère

Alors acceptez (tout en prenant le temps qui vous est nécessaire) qu’une porte se ferme et qu’une autre s’ouvre en accueillant avec joie cette nouvelle perspective qui s’offre à vous. 

Si ces mots éveillent en vous des questionnements, sentez-vous libre de m’écrire, je me ferai un plaisir d’échanger avec vous. 

Au plaisir de capter votre instant,

Marie

« Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais »

Ile et Vilaine, France

Ile et Vilaine, France

Vous est-il déjà arrivé qu’un acte manqué débouche sur une idée, une pensée, une inspiration, une action à laquelle vous ne vous attendiez pas mais qui est très exactement ce dont vous aviez besoin à ce moment là ? 

Sensible aux mots, aux émotions et aux messages, j’essaye autant que possible de regarder la cérémonie de clôture du festival de Cannes pour y découvrir le palmarès. Dimanche 24 mai, je me poste donc devant internet (je n’ai pas de télé) pour regarder ce fameux palmarès 2015. Sauf que sans m’en rendre compte sur le moment, je me trompe et regarde en fait le palmarès 2014, que je n’avais pas vu l’an dernier au demeurant (et oui le voilà mon acte manqué). 

Je découvre alors le jeune acteur, réalisateur, scénariste et producteur canadien Xavier Dolan qui reçoit le Prix du Jury (ex-aequo avec Jean-Luc Godard) : Mélange des générations…. Déjà cela m’interpelle et je trouve cela intéressant. 

Puis ce jeune homme, rempli d’émotions, s’exprime et au lieu de faire un étalage de remerciements, décide de s’adresser à Jane Campion, présidente du Jury. 

 Ce message profond, puissant, est porteur de beaucoup d’espoir : « La Leçon de Piano est le premier film que j’ai vu et il m’a aidé à définir qui je suis »…. »Chacun a ses goûts et certains critiqueront ce que vous faites et qui vous êtes. Mais accrochons-nous à nos rêves. Ensemble nous pourrons changer ce monde qui a besoin d’être changé. Il faut émouvoir le public, le faire pleurer, rire. Notre ambition n’a pas de limites à part celles qu’on se construit soi-même. En bref, tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais« . Xavier Dolan

J’ai voulu partager cela avec vous, car si vous avez un projet qui vous tient à coeur, ne le laissez pas croupir dans le fond d’un tiroir ou à l’intérieur de vous même, décidez de le faire émerger et de le mener à bien. Osez exprimer ce dont vous avez envie et donnez-vous les moyens d’une façon ou d’une autre d’aller jusqu’au bout. Notre chemin est parsemé de rencontres, d’événements ou d’instants qui nous tiltent ou qui orientent notre existence à condition de les reconnaître, et de les saisir comme de belles opportunités. 

 Qu’en pensez-vous ? 

Au plaisir de capter votre instant, 

Marie 

https://www.youtube.com/watch?v=uXsDT6SJRMc

Saisir les opportunités

Saisir les opportunités

Tel Henri le Navigateur, êtes-vous un(e) explorateur(rice) : savez-vous saisir les opportunités que la Vie vous présente ?

J’ai envie de vous donner la pêche. J’ai envie que vous souleviez des montagnes. J’ai envie que vous ayez envie de croire en vous et en votre potentiel. Vous avez tout à l’intérieur de vous-même, le savez-vous ?

Ouvrez les yeux ! Ne réfléchissez pas trop ! OSEZ !

OSEZ être vous-même. Soyez aligné(e) pour que le chemin de votre vie s’ouvre devant vous.

Si vous êtes aligné(e), vous ne prenez pas de risque; ou si : celui de vous étonner vous-même.

Vivre avec passion et conviction ce que nous faisons est juste pour soi et pour les autres.

Remettez-vous en question et Lire la suite

La patience source de créativité

La patience source de créativité

Sur la route de Grignan, France

J’ai récemment expérimenté la patience sous un nouvel angle dont je souhaite vous parler aujourd’hui.

Qui n’a pas à un moment ou un autre de sa vie été dans un train qui avait du retard ? Je pense que cette idée parle à tous (ou presque!).

Donc voilà, j’étais à la gare de Montélimar pour prendre mon TGV direction Paris ! J’arrive en avance (et oui !) et là je vois 25 min de retard. Jusque là, retard pas trop étonnant, du déjà vécu !

Je finis donc après cette attente somme toute raisonnable, par prendre mon train. Nous dépassons Valence, quand, après un ralentissement, nous nous arrêtons en rase campagne ! L’heure tourne ! Pas d’info. Grrr… Ca agace quand même ! Surtout qu’initalement le temps de trajet est de 3h et que j’ai pris pour une fois le train car la dernière fois 6h en voiture cela avait été un peu long et fatiguant !

Mais que faire ? Lire la suite